* aide à la recherche
cartoliste
cartes postales | ressources | dates de parution | catégories | analogies |
Accueil > cartes postales > [Celles qu’on oublie - de Xavier Privas]

[Celles qu’on oublie - de Xavier Privas]

titre :
[Celles qu’on oublie - de Xavier Privas] / V Spahn
adresse :
. — Paris : La Chanson pour Tous,
description technique (h × l) :
. — 1 impr. photoméc. (carte postale), n. et b. ; [ 9 ?] × [ 14 ?]  cm.
notes :
descriptif :
Symboles utilisés :

[CP paroles et musique "Celles qu’on oublie" de Xavier Privas sur les conditions de travail des femmes dans la confection.]

texte :

CELLES QU’ON OUBLIE

Paroles et Musique de Xavier PRIVAS

Moderato
1er Couplet

Celles qu’on oublie ont les yeux rougis
Par la fatigue et par les veilles,
Dans leur misérable et triste logis,
Leurs doigts légers font des merveilles
Dans ce grand rucher qu’est notre pays,
Où les modes sont sans pareilles,
Dites nous, patrons, quels sont les profits
Qu’en tirent ces pauvres abeilles ?
 
REFRAIN
C’est un salaire
De misère,
Que vous leur donnez, ô patrons,
Il faut relever ce salaire
A fin qu’un peu de joie éclaire
Ces sombres fronts !
Plus lent
Celles qu’on oublie
On faim
Celles qu’on oublie
Ont droit à la vie
Donnez leur du pain
 
2
 
Celles qu’on oublie ont les traits creusés
Par les soucis et par les craintes,
Leurs rêves sont morts, leurs espoirs brisés,
Elles luttent sans pleurs ni plaintes.
Riches, savez vous quel gain, tous les jours,
Touchent ces femmes et ces filles,
Quand leurs mains ont fait les jolis atours
Dont font parade vos familles ?
 
C’est un salaire
De misère
Une aumône de quelques sous,
Que reçoit chaque mercenaire,
Il fait augmenter ce salaire,
Entendez-vous !
Celles qu’on oublie
Ont faim,
Celles qu’on oublie
Ont droit à la vie,
Donnez leur du pain ?
 
3
 
Celles qu’on oublie ont le cœur meurtri
Par l’injuste et rude souffrance,
Leur visage maigre, exsangue et flétri,
Reflète leur désespérance.
Puissants, il vous faut secouer le joug
D’une coupable indifférence,
On ne laisse plus les brebis au loup
Dans le noble pays de France.
 
Plus de salaire
De misère,
Imposé par les exploiteurs,
Il faut qu’une loi salutaire
Assure un honnête salaire
Aux travailleurs.
Celles qu’on oublie
Ont faim,
Celles qu’on oublie
Ont droit à la vie
Donnez leur du pain ?

Édition de la "CHANSON POUR TOUS"

Dépôt chez M. LABBÉ, 20, rue du Croissant, Paris
Publié par La Chanson Française, 18, rue St-Sulpice, PARIS - Chant seul, 0 fr. 30 ; avec piano, 1 fr. 75


au verso :
Dédié à la Jeune République

Celles qu’on oublie
Les ouvrières à domicile
Chanson de
Xavier Privas

V SPAHN


sources :
 
cotes :
 





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones