* aide à la recherche
cartoliste
cartes postales | ressources | dates de parution | catégories | analogies |
Accueil > cartes postales > [Maurice Doublier - A La Branière]

[Maurice Doublier - A La Branière]

titre :
[Maurice Doublier - A La Branière]
adresse :
. — [S.l.] : [s.n.],
description technique (h × l) :
. — 1 phototypie (carte postale), n. et b. ; [9 ?] × [14 ?] cm.
notes :
descriptif :


[CP chanson "A La Branière" du chansonnier libertaire Maurice Doublier (1873-1916), qui entre les lignes dénonce les horreurs de la guerre 14-18 dans laquelle il est mobilisé et où il laissera sa vie le 16 avril 1916 à Clermont-en-Argonne.]
texte :

CHANSONS D’ARGONNE
"Chantée par l’auteur sur le front"

A LA BRANIÈRE

Air : Au Bois de Boulogne

I

C’est un coin riant et fleuri
Dans le plaine, pas loin d’ici.
Entre Boureuill’s, le boin d’Cheppy
Et La Louvière :
Ce coin exquis où les garçons
Devaient au beau temps des moissons
Lutiner pas mal de Suzons
C’est La Branière.

II

Un ruisseau coule dans l’milieu
Et le ciel qui s’y r’flète un peu
Fait, par endroits, sembler de bleu
L’onde et la pierre :
Tel à l’arrière un embusqué
En train d’lire le communiqué
Des tétards y font du chique
A La Branière.

III

Délaissant les bois trop ombreux,
Les papillons viennent nombreux,
Des libellules avec eux
Y font la fière,
Et tout ça ressemble à des fleurs
Qui viendraient, malgré cris et pleurs,
Pour vadrouiller d’plaquer les leurs
A La Branière

IV

Comm’ pour app’ler les paysans,
Dès l’aube ainsi que de tous temps,
L’alouette au-dessus des champs
Est la première,
Mais, hélas ! elle chante en vain
Car dans la plaine nulle main
N’a cette année jeté le grain
A La Branière.

V

De-ci, de-là, un écriteau :
" Défens’ d’aller sur le côteau,
" Dédens’ d’uriner dans l’boyau,
" Pas de lumière."
On est en guerre en ce moment
Et dam ! dans notre régiment,
On est à ch’vail su’ l’réglement !
A La Branière.

VI

On y rêve parfois, pourtant,
Mais soudain éclate un fusant !
La mitraille en tombe souvent
Bien meurtrière...
Les fleurs, la paix, l’humanité,
Les bell’s affair’s en vérité,
Sans cett’ garc’ de réalité
A La Branière.

VII

Mais à quoi bon philospher.
Mon bidon plein est à vider,
Ohé ! Joseph, ohé ! Roger,
Et toi, vieux Pierre !
En attendant les meilleurs jours,
A la victoire ! A nos amours !
Trinquons mes gas, trinquons toujours
A La Branière.

MAURICE DOUBLIER

La Branière 1915


sources :
 
cotes :
 


Série : Chansons de Maurice Doublier
2010-2018 | Site réalisé avec SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
FICEDL | Bianco | Cgécaf | Placard | Cartoliste