* aide à la recherche
cartoliste
cartes postales | ressources | dates de parution | catégories | analogies |
Accueil > cartes postales > [Amaltheamännen]

[Amaltheamännen]

titre :
[Amaltheamännen]
adresse :
. — [S.l.] : [s.n.],
description technique (h × l) :
. — 1 phototypie (carte postale), coul. (couleurs : papier de couleur) ; [ 9 ?] × [ 14 ?]  cm.
notes :
descriptif :
Symboles utilisés :

[CP suédoise concernant l’attentat à la bombe du 12 juillet 1908, à Malmö contre le navire Amalthea qui hébergeait des briseurs de grèves anglais recrutés pour briser la lutte des travailleurs des docks de Malmö. Dans la nuit du 11 au 12 juillet, trois jeunes chômeurs, dont Anton Nilson, ont placé une bombe contre le flan de l’Amalthea. La bombe a explosé, faisant un mort et 23 blessés britanniques, qui dormaient sur le pont plutôt que dans leur cabine.
Anton Nilson a été condamné à mort. Ses deux complices, Algot Rosberg et Alfred Stern, à la perpétuité. Avant son exécution, Anton Nilson a été gracié et, comme les autres, condamné aux travaux forcés à perpétuité.
Une vaste campagne a ensuite été lancée pour les faire libérer (dont cette carte de solidarité), qui aboutira à leur grâce en octobre 1917.]

texte :

AMALTEA
MÄNNEN

NILSSON. - ROSBERG. - STERN.

Förbannade klassamhälle. Om jag hade makt, vore det slut med dig. Du kan ta ifrån oss till och med huvudet, men våra idéer kan du inte ta ifrån oss. De kan inte halshuggas. De står kvar trots allt. Kamrat, du som läser detta, om du är järnvägsman eller annan arbetare, så är du en slav, slav under kapitalismens knutpiska. Du har lidna oförrätter att hämnas. Därför gå icke slö ! Hjälp dina kamrater att slå ett stort slag för din och deras frihet, så skall lyckan le mot dig !
Din dödsdömde ALGOT ROSBERG.


traduction :

[fr] Les hommes de l’Almalthea
Nilson - Rosberg - Stern

Société de classe maudite. Si j’avais le pouvoir, j’en finirais avec toi. La société peut tout emporter, même nos têtes, mais elle ne peut pas nous enlever nos idées. Elles ne peuvent pas être décapitées, et sont toujours vivantes. Camarade, toi qui lis ceci, que tu sois cheminot ou ouvrier du port, tu es esclave, esclave sous le fouet du capitalisme. Tu as subi des injustices à venger. Alors, ne reste pas oisif ! et indifférent. Aide tes camarades à frapper un grand coup pour ta liberté et celle de tous. Alors le bonheur va te sourire !
Ton condamné à mort ALGOT ROSBERG


sources :
 
cotes :
 





Autres 
  • Anarlivres : site bibliographique des ouvrages anarchistes ou sur l'anarchisme en français
  • Cgécaf : Catalogue général des éditions et collections anarchistes francophones